Sélectionner une page

Quand en Nouvelle Aquitaine la pauvreté touche une personne sur huit. Quand dans nos campagnes par manque d’accès aux soins, l’espérance de vie est réduite de plus de deux ans par rapport aux villes. Quand la violence explose en zone rurale. Le gouvernement ne trouve pas d’autre solution au problème des migrants que de délocaliser ceux de la région parisienne vers la province.

C’est dans ce but que Marlène Schiappa et Gérald Darmanin ont établi un « schéma national d’accueil des demandeurs d’asile».Ce plan s’inscrit dans la droite ligne du Pacte sur l’Asile et la Migration présenté par la Commission européenne le 23 septembre 2020.

Tout comme l’Union européenne, l’État français créé les conditions juridiques, logistiques et politiques de l’installation massive de migrants sur le continent européen notamment en dévoyant le droit d’asile pour constituer une filière d’immigration supplémentaire. 

Ainsi, au prétexte que la région d’Île-de-France est saturée et ne dispose plus suffisamment de places pour accueillir les clandestins, le gouvernement veut les héberger près de chez nous et sans nous demander notre avis !

La région Nouvelle-Aquitaine, qui accueille déjà bien plus de 400 demandeurs d’asile par mois, a été qualifiée de région « déficitaire ». À ce titre, elle va devoir contribuer encore plus significativement à ce « rééquilibrage » et, par conséquent, supporter un afflux massif de demandeurs d’asile supplémentaires. Concrètement, le schéma prévoit que, dorénavant, elle accueille, non plus 4% des 11 000 demandeurs d’asile mensuels, mais 9%, soit environ 1000 par mois. 

Pour Emmanuel Macron, la France, c’est le pays des droits des autres !

Ses très choyés demandeurs d’asile perçoivent une allocation d’un montant 204 à 426 euros mensuels. 114 500 places en centres d’accueil sont mises à leur disposition. Tout cela représente un coût annuel supérieur à 1 Milliard d’euros auquel il faut rajouter l’Aide Médicale d’Etat pour un autre milliard, plus le coût des formations, le coût de l’hébergement, le surcoût des faux mineurs étrangers isolés (50 000 euros par ans par mineur)…

Cette injustice n’est plus supportable ! 

Nous sommes venus dire que nous en avons assez de subir cette immigration de plus en plus massive.

Non, l’immigration n’est pas une chance pour la France ! Communautarisme, séparatisme, racialisme, zones de non droit, trafics, islamisme, terrorisme

mais également effacement culturel et identitaire, repentance et réécriture de l’histoire, remplacement de population, dépossession de notre pays sont autant de fléaux que les Français endurent.

En cette période de crise sanitaire qui provoque une crise sociale et économique sans précédent, il est inconcevable que le gouvernement focalise ses efforts sur l’accueil de toujours plus de migrants.

La priorité nationale doit revenir au centre du débat. Les Français doivent être aidés en priorité, doivent être écoutés et doivent être valorisés. Nous avons des professions qui souffrent comme les restaurateurs et les artisans. Nous avons des TPE/PME qui croulent sous les charges et les conséquences du COVID.

Nous avons un pays à relever, alors stoppons cette folie migratoire !

Car le problème ne se trouve pas dans le manque de places mais dans le trop-plein de migrants qui s’imposent dans notre pays !

Face au chaos migratoire, la solution ne réside pas dans la répartition des clandestins mais dans leur expulsion effective du territoire français !

«Plutôt que les répartir, ils doivent repartir».

Les Français peuvent compter sur Marine Le Pen et le Rassemblement National pour s’opposer à la répartition des migrants dans toute la France ! Face à l’immigration nous avons les solutions !! Plus que jamais, il est urgent de remettre la France en ordre ! Nous en avons la volonté et nous le ferons lorsque nous serons élus !! 

Vive la république, vive les Français, Vive la France

Karine Ménard

Déléguée départementale

De la Fédération de Dordogne

Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asiles : coût unitaire de 19,50 euros par jour et par personne (source intérieur : ~7000 euros /an)

avec allocation 204 euros mensuels soit (~9500/an/demandeur) x 114 500= 1,1 Md

+ 35550(150 000-114 500 non hebergés en CADA) x 426 euros mensuels = 15 123 000euros

Partager