Sélectionner une page

Communiqué de Réml Berthoux, professeur des écoles.

Le 9 novembre, une semaine après la commémoration de l’assassinat de Samuel Paty, un parent d’élève prend à partie un professeur d’histoire-géographie du collège Les Battières à Lyon. Il remet en cause son cours sur la laïcité et l’accuse d’islamophobie. Deux mois après cet incident, nous apprenons que ce même professeur a changé d’établissement et envisage même une reconversion.

Que retiendra-t-on de cet événement ? Que les seules réponses du Rectorat ont été de proposer au professeur de changer d’établissement et de l’accompagner dans sa reconversion. Une réaction dont le mammouth aura encore du mal à se relever puisque dans le même temps, on apprend qu’un enseignant sur deux s’autocensure, conséquence de l’intimidation islamiste qui ne cesse de s’accroître depuis des années dans notre société.

En effet, une enquête de l’Ifop révèle que la discorde au sein du collège Les Battières, par ailleurs symbolique car c’est le collège où Samuel Paty a débuté sa carrière, n’est pas un cas isolé puisque 59% des enseignants français disent avoir été confrontés « au séparatisme religieux » au moins une fois au sein de leur établissement. Ce sondage alarmant met en lumière la progression de l’islamisation des esprits de nos plus jeunes et leur désintégration continue à la Nation.

Face au cancer islamiste qui se généralise dans notre société et a fortiori dans l’Education nationale, les enseignants attendaient une réponse courageuse de la part de leur institution. Remettre l’Education nationale en ordre passera par des mesures fortes : restaurer l’autorité de l’institution et des professeurs (notamment par un soutien systématique des collègues face aux pressions des parents) ; rétablir des sanctions réellement dissuasives pour les éléments perturbateurs (y compris l’exclusion définitive) ; garantir la sécurité physique des personnels et des élèves aux abords des établissements dès que le climat scolaire le justifie ; mettre en place une véritable politique éducative guidée exclusivement par une logique d’assimilation et de défense de la culture française.

Plus que la République, c’est la France qu’il faut réaffirmer dans nos salles de classe !