Sélectionner une page

Monsieur le Préfet,

Permettez-moi en tant qu’élue Conseillère Régionale de Nouvelle-Aquitaine d’attirer votre attention
sur un sujet des plus « épineux », celui de l’éolien en Dordogne.
Comme vous le savez, l’opposition à l’ensemble des projets de parcs éoliens est forte et ne cesse de
grandir à hauteur des aberrations que la réalisation de tels projets représenterait dans notre beau
département encore préservé.
Aberrations que vous n’êtes pas sans connaître aussi vous dispenserais-je d’une énumération inutile et
fastidieuse. Je vous rappellerais uniquement le fait que nous ne manquons pas d’électricité en France,
bien au contraire puisque notre production est excédentaire grâce aux centrales nucléaires qui nous
assurent une indépendance énergétique qu’il nous faut préserver et entretenir au lieu de vouloir les
supprimer ce qui nous condamne d’une part, à remettre en fonction les centrales au charbon si
polluantes. Un comble ! Et ce qui nous condamne d’autre part, à subir l’implantation de milliers
d’éoliennes dont la production électrique est quasi nulle et fort coûteuse par rapport aux besoins.
Alors, quand il s’agit d’un territoire sans vent comme celui de la Dordogne, cela relève de la
provocation.
Malgré cela, depuis près de 10 ans des associations sont amenées à se battre avec courage et
persévérance contre les assauts incessants menés par des entreprises voraces, invasives et harcelantes,
des élus locaux corrompus, une politique politicienne nationale relayée localement qui se laisse
envoûter par des lobbyistes et qui s’acoquine en vue de sordides intérêts électoraux, sans oublier une
poignée d’habitants dénués de scrupule qui se laisse acheter.
Malgré plusieurs consultations publiques qui ont révélé l’existence d’une opposition ferme et
constante, la démocratie est bafouée et prend des allures de « démocrature ». 90% d’opposition au bas
mot ne suffisent toujours pas à mettre un coup d’arrêt définitif à ces projets aberrants alors qu’ils ne
devaient se faire que s’il existe une volonté réelle des habitants et des élus concernés sans oublier un
intérêt énergétique réel.
La tromperie est manifeste !
La démocratie, le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, avec de tels reniements, est
attaquée dans son existence même. Elle est aujourd’hui moribonde. Elle n’est plus qu’un simulacre en
cette période de crise sanitaire bien opportune, foulée aux pieds d’autant plus impunément que la
population confinée se trouve dans l’incapacité de réagir.
Monsieur le Préfet, vous vous apprêtez à donner toutes les autorisations requises pour permettre la
réalisation d’un projet très contesté de 5 éoliennes de 182 m à Saint-Aulaye-Puymangou et ParcoulChenaud malgré une opposition massive à l’implantation d’éoliennes dans la forêt de la Double.
Il s’agit là d’un véritable projet écocide !
Cette transition énergétique que le gouvernement que vous représentez souhaite voir développer en
Dordogne, se ferait donc avec la volonté délibérée de détruire 4,8 hectares de forêt, sa biodiversité, ses
paysages, ses sols, la santé de ses habitants et de sa faune, son économie locale, son tourisme, son
patrimoine…pour un bénéfice nul en terme de production électrique puisqu’il n’y a pas de vent en
Dordogne comme vous le savez parfaitement.
Votre rôle en tant que Préfet serait alors de permettre le saccage de notre département dont vous êtes
l’administrateur temporaire, nommé par la grâce du Président de la République.
Vous donneriez la « préférence » à certains cupides et permettriez l’enrichissement de l’entreprise
allemande ABO Wind, entreprise cotée à la bourse de Hambourg, au lieu de protéger l’intérêt général,
celui des habitants de la Dordogne et de ses territoires remarquables.
Monsieur le Préfet, aurez-vous le cynisme de donner votre accord à un projet aussi néfaste ?
Monsieur le Préfet, j’en appelle à votre conscience.
Croyez, Monsieur le Préfet, à mes salutations distinguées.
Florence JOUBERT

Partager